LOADING

Type to search

We need massive investment in public services and the creation of a European Health Fund.

Share

Protection of the population

Every effort must be made to improve the operational capacity of healthcare systems.

We need extra resources for public health systems, as well as convergence of standards in all countries in terms of personnel, facilities and equipment in the public hospitals and prevention systems, and an increase in the capacity for production of health protection tools. And it is also imperative to acquire, on a continent-wide scale, European public services, efficient and coordinated with the rest of the world. We call for the immediate creation of a European Health Fund funded by the ECB with 100-year securities that are not negotiable on the markets and the possibilities to obtain more public services by abolishing Growth and the Fiscal Compact.

The population must be protected, both socially and economically. Thousands of workers and employees are at risk of losing their jobs and their incomes, or already did. The virus hits the weakest hardest: those most affected are people working in poorly paid and precarious jobs, particularly cleaning staff and carers. 

Although governments across Europe are asking employees to work from home, this does not apply to everyone and in too many cases it is a privilege. Workers in essential services or essential production lines, who have to be present in the workplace, need guaranteed protection against the spread of the virus.

We demand an economic rescue plan for workers and their families, including all precarious workers, the unemployed and non-documented migrants and refugees or similar. In case of income losses, financial compensation is needed. Rents and mortgages need to be suspended for those who cannot pay them because of their income loss. We oppose any attempt to worsen working conditions, such as the suspension of collective agreements and the reduction of workers’ rights. The systems of social protection, salaries and pensions should be adapted to the highest level we have in Europe.

Women are the ones who sustained the most efforts to keep us all safe and the society running: their essential role must be recognised and honoured. No solidarity or mutual aid could exist without the crucial role of women. Despite that, they are mostly affected by precarious working conditions, in particular nurses, cashiers or cleaners. The situation of women migrants in the camps or also in the host countries is especially hard.

Women should not pay the highest price for this crisis: we need a concrete plan focusing on the protection of all women (workers, unemployed, migrants), especially when victims of any form of violence (particularly domestic violence).

We strongly oppose the pressure by the economic and industrial world onto decision-makers to end the lockdown measures and reopen even non-essential productions without guaranteeing the basic conditions for workers’ safety to avoid the increase of infections.

We need urgent actions not only for big companies, but in particular for small and medium-sized businesses and self-employed workers. Financial support for businesses must be aimed at maintaining employment levels, respecting wages, working hours and duties. In order to deal with the problems of production remodelling, the reduction of working hours for equal pay shall be encouraged.

The importance of cultural work has also been unrecognized for decades. But there will be no Europe without culture. Like air and water, like public services, culture is a common good which cannot be considered as a market value subject to the rules of profitability and profit. The importance of culture is that it brings together, it emancipates, it flourishes. It must imperatively be supported. For this, we consider these two demands as necessary:

– An artist status recognized throughout Europe;

– A European Fund to support the cultural policies of States and Regions.

Protection de la population

Tous les efforts possibles doivent être consentis pour un meilleur fonctionnement des systèmes de santé. Nous avons besoin de ressources supplémentaires pour les systèmes de santé publique, ainsi que d’une convergence des normes dans tous les pays en termes de personnel, d’installations et d’équipements dans les hôpitaux publics et pour les systèmes de prévention, ainsi qu’une augmentation de la capacité de production des outils de protection de la santé. Il faut également impérativement se doter, à l’échelle du Continent, de services publics européens, efficaces et coordonnés avec le reste du Monde. Nous exigeons la création immédiate d’un fonds européen pour la santé financé via la BCE par des titres à 100 ans non négociables sur les marchés, et les possibilités d’obtenir davantage de services publics en supprimant le Pacte de stabilité et de croissance.

Tant sur le plan social qu’économique, la population a besoin de protection. Des milliers de travailleurs.euses et de salarié(e)s risquent de perdre leur emploi et leurs revenus et beaucoup les ont déjà perdus. Le virus frappe les plus faibles les plus durement: les personnes les plus touchées sont celles qui travaillent dans des conditions de précarité, mal payés en particulier le personnel de nettoyage et les soignants.

Les gouvernements de toute l’Europe demandent de pratiquer le télétravail, mais cette mesure ne s’applique pas à tout un chacun, et dans trop de cas, c’est un privilège. Les travailleurs.euses des services essentiels ou des chaînes de production essentielles dont la présence est requise sur le lieu de travail doivent avoir la garantie qu’ils seront protégés contre la propagation du virus.

Nous exigeons l’adoption d’un plan de sauvetage économique pour les travailleurs.euses et leurs familles, y compris tous les travailleurs précaires, les chômeurs et les sans-papiers, les migrants et les réfugiés ou similaires. En cas de perte de revenus, une compensation financière est nécessaire. Les loyers et les hypothèques doivent être suspendus pour ceux qui ne peuvent pas les payer en raison de leur perte de revenu. Nous nous opposons à toute tentative d’aggraver les conditions de travail, comme la suspension des conventions collectives et la réduction des droits des travailleurs. Les systèmes de protection sociale, de salaires et de retraites devraient être adaptés sur le plus haut niveau que nous ayons en Europe.

Les femmes sont celles qui ont fait le plus d’efforts pour assurer notre sécurité à tous et le bon fonctionnement de la société: leur rôle essentiel doit être reconnu et honoré. Aucune solidarité ou entraide ne pourrait exister sans le rôle crucial des femmes. Malgré cela, les femmes sont principalement touchées par des conditions de travail précaires, en particulier les gardiennes, les caissières ou les femmes de ménage. La situation des femmes migrantes est spécialement dure, que ce soit dans les camps, ou dans les pays dans lesquels elles sont arrivées.

Les femmes ne devraient pas payer le prix le plus élevé de cette crise: nous avons besoin d’un plan concret axé sur la protection de toutes les femmes (travailleuses, chômeuses, migrantes), en particulier lorsqu’elles sont victimes de violences (en particulier la violence domestique).

Nous nous opposons fermement à la pression exercée par le monde économique et industriel sur les décideurs pour qu’ils mettent fin aux mesures de confinement et rouvrent des productions non essentielles sans garantir les conditions de base de la sécurité des travailleurs afin éviter l’augmentation des infections.

Nous avons besoin d’actions urgentes non seulement pour les grandes entreprises, mais en particulier pour les petites et moyennes entreprises et les travailleurs indépendants. Le soutien financier aux entreprises doit viser à maintenir les emplois, en respectant les salaires, les horaires et les devoirs. Afin de faire face aux problèmes de remodelage de la production, la réduction du temps de travail au même salaire est encouragée.

L’importance du travail culturel est également méconnue depuis des décennies. Mais il n’y aura pas d’Europe sans culture. Comme l’air et l’eau, comme les services publics, la culture est un bien commun qui ne peut être considéré comme une valeur marchande soumise aux règles de rentabilité et de profit. L’importance de la culture est qu’elle rassemble, émancipe, fleurit. Il doit impérativement être soutenu. Pour cela, nous considérons ces deux exigences comme nécessaires:

– Un statut d’artiste reconnu dans toute l’Europe;

– Un Fonds européen pour soutenir les politiques culturelles des États et des régions.