LOADING

Type to search

Frace: a new Popular Front is key to fight the present crisis

Share
by Parti Communiste Français
French version further below

The situation in France and the direction of the PCF

There are many sides to the crisis in France, and the situation has recently deteriorated significantly. It is of course marked by the public health crisis, which has cruelly highlighted the devastating effects of austerity policies on the public health system. Its multiple effects on the organisation of work, school, family and social relations have rocked French society. The government’s erratic policies to tackle the public health emergency have added to the political crisis. This has created a heavy and uncertain climate.

The economic and social crisis: France is in the midst of a major economic crisis. GDP is expected to fall by 10% in 2020. 715,000 jobs were destroyed in the first half of the year, and the Bank of France expects an increase in redundancies and company insolvencies through 2021. Large corporations are using the economic situation as a pretext to indulge in mass layoffs and conduct offshoring operations, while shareholder dividends reach record highs: this is the case, for example, in mass retail (e.g. the Auchan group, which is cutting 1,500 jobs) and industry (e.g. tyre manufacturer Bridgestone in Northern France). This offshoring often takes place within the European Union, driven by the EU’s neoliberal “four freedoms”. Reflecting this social crisis, poverty has reached extremely serious levels. A further one million people have been pushed into poverty since the beginning of the Covid-19 crisis.

The democratic crisis: France is going through a profound and ongoing regime crisis. The working classes are alienated from all political and social representation mechanisms, which are also in crisis. The second round of the municipal elections held on 28 June 2020 recorded historically low turnout, with 60% of voters staying away, while these elections normally have the highest mobilisation levels in France, alongside the presidential elections. The social and political situation is volatile and unstable. The social crisis, fears and uncertainty are reflected in the plight of the union movement (we can see the difficulties encountered by national calls to mobilise, such as on 17 September) and the absence of a left-wing political outlet. This means that the left is not at present able to respond to the crisis.

The bourgeois position: Emmanuel Macron is the product of a bourgeois attempt to resume the offensive and complete France’s alignment with the standards of capitalist globalisation, by shattering the political landscape and trying to create a new political purpose (la République en Marche: “the Republic on the Move”) centred on the personality of Macron. He governs in an autocratic and authoritarian manner, to the point of calling into question the foundations of the Republic. The change in law enforcement doctrine for the police is one manifestation of this. Today, though, this bourgeois attempt is spent. Macron’s social base is now exclusively concentrated on the bourgeoisie and the right. Macron has no real regional base. The change in prime minister (Jean Casteix, a high-ranking official from the right, was appointed prime minister in July 2020) reflected this isolation, while continuing the government’s pro-business approach.

This is one of the explanations for France’s behaviour internationally. Macron has exacerbated the militarisation of international power relations, as evidenced by the increased military presence in the central and eastern Mediterranean. Macron favours the military option, to the detriment of the political initiatives necessary to force Erdogan to cease his multi-faceted aggression and open up the prospect of peace. As regards the European Union, Macron staged the “agreement” of the European Council of 20 July, which was presented as “historic”, even though this agreement lacks the necessary size in terms of the financial package, and is excessively subject to the various conditions imposed on the states, while changing nothing in the EU’s neoliberal structure. Macron is also beginning to prepare for the French presidency of the EU, in the first half of 2022, i.e. at the same time as the campaign for the presidential and legislative elections. He is already using it to stage a duel with the far right, a choice between a liberal pro-European model and ethnic nationalism.

All of these elements together create an unstable, volatile and dangerous situation. With the shattering of the political landscape, the questioning of the fundamental principles of the Republic born out of the Revolution and the Resistance against fascism and the weakness of the left (see below), we could see an authoritarian push in France’s 2022 presidential elections. The far right (Marine le Pen’s “National Rally”) has understood this all too well, and has chosen the moment to declare her candidacy for the presidential elections.

The French Communist Party

The electoral situation following the municipal elections. The PCF suffered some losses, the reflection of global power relations. But it also registered some gains, even winning back some important towns, something it had not done for a long time. These wins and win-backs of town halls and seats on municipal councils had an impact on the Senate elections of 27 September (in France, the Senate is mainly elected by the members of municipal councils). The PCF gained two senator seats and regained a position of vice-president of the Senate, in the person of Pierre Laurent. At the same time, the Socialist Party lost six senators.

Strategy and tactics. The PCF seeks to meet the challenges of our times in several ways.

+ A political approach: the PCF aims to reconfigure the left by putting forward a package to break the domination of capital and highlighting the need for an active people’s union, not only between political organisations, but also by developing links with the social movement. In other words, a new Popular Front for the 21st century. Note that the reference to the Popular Front refers to the historic experience of 1936 that did not only bring together political organisations but also the social and citizen’s movement of the time, which was driven by an unprecedented general strike movement that led to a number of social achievements.
It was in this spirit that the PCF joined the lists uniting the left in the Senate elections, and even led them. For example, in the region of Marseille (department of Bouches-du-Rhône), the PCF obtained three senators having led the list uniting the left.
It was also in this spirit that the PCF made an offer to bring together the whole of the left for the regional and departmental elections to be held in March 2021.
Finally, the PCF intends to play a very active and combative role in the presidential and legislative elections of 2022 by adding a strong voice. By applying the guidance of the 38th congress (November 2018), the PCF seeks to regain the influence of the PCF in French society over the long term.

+ A political battle rooted in the social emergency: the PCF is launching a national campaign on the issue of employment, job security and training, with a national petition centred on the slogan “Money for employment, wages and public services, and not for capital”, which groups five demands:

– Ban lay-offs at major corporations benefiting from public funds and establish a counter-proposal right for employees and citizens, enabling bank money to be mobilised.
– Target of zero young people entering the job market unemployed or without properly funded training.
– Increase in wages and minimum social benefits, a decent minimum wage, for the 18-25s and the strict application of professional gender equality, as well as the end of racism and all forms of discrimination.
– A recruitment and training plan in national healthcare and education and the cancellation of bed, hospital, class and post closures. The replacement of the Pôle emploi [job centre] with a public service for employment and training, with a protection and training mission.
– Protection for jobs, training and ecological transition, managed democratically, to act upon the decisions of major corporations and banks and ensure they contribute capital and profits.

+ Political proposals against Macron’s policies and for popular unity: the PCF is formulating political proposals that establish the need for popular unity. We can mention the following:

https://www.lafranceencommun.fr/ : a coherent set of proposals adopted by the National Council in June 2020, opened to a wide-ranging debate.
– The proposed alternative budget for 2021, put forward by the parliamentary group of communist deputies, for economic, social and environmental transformation: http://www.groupe-communiste.assemblee-nationale.fr/propositions/article/pour-une-relance-economique-sociale-et-ecologique

La situation en France et l’orientation du PCF

La crise française est multiforme et connaît ses derniers temps une aggravation très importante. Elle est bien entendue marquée par la crise sanitaire qui met cruellement en lumière les effets dévastateurs des politiques d’austérité sur le système de santé publique. Ses effets multiples sur l’organisation du travail, sur l’école, sur les relations familiales et sociales secouent la société française. La politique erratique du gouvernement face à la crise sanitaire ajoute à la crise politique. Cela crée un climat lourd et incertain.

La crise économique et sociale : La crise économique française est majeure. Le PIB devrait baisser de 10% en 2020. 715 000 emplois ont été détruits au premier semestre et la Banque de France prévoit une augmentation des licenciements et des liquidations d’entreprises d’ici l’année 2021. Les grands groupes prennent prétexte de la situation économique pour se livrer à des licenciements massifs et procéder à des délocalisations alors que les dividendes pour les actionnaires atteignent des records : c’est le cas par exemple de la grande distribution (par exemple : groupe Auchan qui supprime 1500 emplois) et des filières industrielles (par exemple : le fabricant de pneus Bridgestone dans le nord de la France). Ces délocalisations se passent souvent à l’intérieur de l’Union Européenne, du fait des « quatre libertés » néolibérales de l’UE. La pauvreté atteint des niveaux extrêmement graves qui reflètent cette crise sociale. On compte 1 million de pauvres supplémentaires depuis le début de la crise de la Covid-19.

La crise démocratique : la France traverse une crise de régime approfondie et durable. Les classes populaires et travailleuses sont en situation de rupture avec l’ensemble des mécanismes de représentation politique et sociale, qui sont en crise. Le second tour des élections municipales qui a eu lieu le 28 juin 2020 a connu une abstention historique (60%), alors que ces élections sont normalement les plus mobilisatrices en France avec l’élection présidentielle. La situation sociale et politique est volatile et instable. La crise sociale, les peurs et l’incertitude se reflètent dans la crise du syndicalisme (on peut voir les difficultés que rencontrent les appels nationaux à des mobilisations, comme la dernière journée du 17 septembre) et l’absence de débouché politique à gauche. C’est-à-dire que la gauche n’est pas pour l’instant en mesure de pouvoir répondre à la crise.

Du côté de la bourgeoisie : Emmanuel Macron est le produit d’une tentative de la bourgeoisie de reprendre l’offensive politique et d’achever l’alignement de la France aux normes de la mondialisation capitaliste, en faisant exploser le paysage politique et en essayant de créer un nouvel objet politique (« la République en Marche ») qui est centré sur la personne de Macron. Il fonctionne selon un mode césariste, autoritaire, qui va jusqu’à la remise en cause des fondements de la République. Le changement de doctrine de maintien de l’ordre par la police en est une des manifestations. Or, aujourd’hui, cette tentative de la bourgeoisie est usée. La base sociale de Macron se concentre maintenant exclusivement sur la bourgeoisie et la droite. Macron n’a pas d’implantation territoriale réelle. Le changement de premier ministre (Jean Castex, haut fonctionnaire venu de la droite a été nommé premier ministre en juillet 2020) a manifesté cet isolement, tout en poursuivant l’orientation pro-business du gouvernement.

Cela est une des explications du comportement de la France à l’extérieur. Macron aggrave la militarisation des rapports de force internationaux, à l’image des interventions militaires en Méditerranée centrale et orientale. Macron privilégie l’option militaire, au détriment des initiatives politiques nécessaires pour contraindre Erdogan à cesser ses agressions multiformes et pour ouvrir une perspective de paix. En ce qui concerne l’Union Européenne, Macron a mis en scène « l’accord » du conseil européen du 20 juillet, présenté comme « historique », alors même que cet accord est sous-dimensionné du point de vue de l’enveloppe financière, et sur-conditionné du point de vue des conditions diverses imposées aux Etats, et qu’il ne change rien à la nature néolibérale de la construction de l’UE. Macron commence également à préparer la présidence française de l’UE, prévue au premier semestre 2022, c’est-à-dire en même temps que la campagne des élections présidentielles et législatives. Il s’en sert déjà pour mettre en scène un duel avec l’extrême-droite, entre un modèle européiste libéral et le nationalisme ethnique.

L’ensemble de ces éléments crée une situation instable, volatile et dangereuse. L’explosion du paysage politique, la remise en cause des principes fondamentaux de la République issus de la Révolution et de la Résistance contre le fascisme et la faiblesse de la gauche (voir ci-dessous) rendent possible une opération politique de type autoritaire en France dans le cadre des élections présidentielles de 2022. L’extrême-droite (le « Rassemblement national » de Marine le Pen) l’a bien compris et a choisi ce moment pour déclarer sa candidature à l’élection présidentielle.

Le Parti Communiste Français

La situation électorale suite aux élections municipales. Le PCF a connu des pertes, ce qui est le reflet des rapports de force globaux. Mais il a connu aussi des conquêtes et des reconquêtes de villes importantes, ce qui ne s’était pas constaté depuis longtemps. Ces conquêtes et ces reconquêtes de mairies et de sièges dans les conseils municipaux ont eu une conséquence aux élections sénatoriales du 27 septembre dernier (en France, le Sénat est élu surtout par des membres des conseils municipaux). Le PCF a gagné deux sièges de sénateurs et regagné une position de vice-président du Sénat, en la personne de Pierre Laurent. Dans le même temps, le Parti Socialiste a perdu 6 sénateurs.

La stratégie et la tactique. Le PCF s’efforce de répondre aux enjeux de la période sur plusieurs aspects.

+ Une démarche politique : la démarche du PCF vise à la recomposition de la gauche en mettant en avant un contenu de rupture avec la domination du capital et la nécessité d’une union populaire agissante, pas seulement entre organisations politiques mais aussi en développant les liens avec le mouvement social. En d’autres termes, il s’agit d’un nouveau Front Populaire du XXIe siècle. Précisons que la référence au Front Populaire renvoie à l’expérience historique de 1936 qui ne regroupait pas seulement des organisations politiques mais aussi le mouvement social et citoyen de l’époque et qui a eu pour force propulsive un mouvement inédit de grève générale qui a permis des conquêtes sociales.
C’est dans cet esprit que le PCF a participé à des listes d’union de la gauche aux élections sénatoriales, et les a même conduites. Par exemple dans la région de Marseille (département des Bouches-du-Rhône), le PCF obtient 3 sénateurs en ayant mené la liste d’union de la gauche.
C’est également dans cet esprit que le PCF fait une offre de rassemblement à l’ensemble de la gauche pour les élections régionales et départementales qui auront lieu en mars 2021.
C’est enfin aussi dans cet esprit que le PCF a la volonté de jouer un rôle très actif et offensif aux élections présidentielles et législatives de 2022 en y portant une parole forte. C’est l’application des orientations du 38e congrès (novembre 2018) qui visent à un mouvement de long terme de reconquête de l’influence du PCF dans la société française.

+ Une bataille politique ancrée dans l’urgence sociale : le PCF lance une campagne nationale sur la question de l’emploi, sur la sécurité de l’emploi et de la formation, autour d’une pétition nationale centrée sur le mot d’ordre « De l’argent pour l’emploi, les salaires et les services publics, et pas pour le capital » qui regroupe cinq exigences :

– Interdire les licenciements des grands groupes bénéficiant de fonds publics et instaurer un droit de contre-proposition des salarié·es et des habitant·es permettant de mobiliser l’argent des banques.
– Objectif Zéro jeune rentrant sur le marché de l’emploi au chômage ou sans formation correctement rémunérée.
– Augmentation des salaires, des minima sociaux, un revenu minimum décent, pour les 18-25 ans et l’application stricte de l’égalité professionnelle femmes-hommes et la fin du racisme et de toutes les discriminations.
– Un plan d’embauche et de formation dans la santé et l’éducation nationale et l’annulation des fermetures de lits, d’hôpitaux, de classes et de postes. Le remplacement de Pôle emploi par la mise en place d’un service public de l’emploi et de la formation, doté d’une mission de sécurisation et de formation.
– Un fonds de sécurisation de l’emploi, de la formation et pour la transition écologique, géré démocratiquement, pour agir sur les décisions des grandes entreprises et des banques et faire contribuer le capital et les profits.

+ Les propositions politiques contre la politique de Macron et pour l’unité populaire : Le PCF formule des propositions politiques qui posent la nécessité de l’unité populaire. On peut citer :

https://www.lafranceencommun.fr/ : un ensemble cohérent de propositions adopté par le Conseil National en juin 2020, ouvert à un large débat.
– La proposition de budget alternatif pour 2021, issue du groupe parlementaire des députés communistes, pour une transformation économique, sociale et écologique : http://www.groupe-communiste.assemblee-nationale.fr/propositions/article/pour-une-relance-economique-sociale-et-ecologique