LOADING

Type to search

Ankara must be stopped for the sake of negotiations

Share
by AKEL – Progressive Party of Working People
Photo: –
(version française ci-dessous)

ON TURKEY’S ILLEGAL ACTIVITIES AGAINST THE REPUBLIC OF CYPRUS

The assertion of aggressive and illegal policies by Turkey against the territorial integrity, sovereignty and sovereign rights of the Republic of Cyprus is not a phenomenon of today. Since 1974, when Turkey invaded illegally the Republic, it continues to occupy militarily 37% of its territories, in flagrant violation of international law. Nevertheless, the escalating reinvigoration of Turkey’s aggression against the Republic of Cyprus, multifaceted as it is, raises extremely our concerns; both with regards to the dangers posed distinctively by its violations leading to an alarming escalation of tensions and insecurity, as well as their cumulative negative impact on the prospects for a solution to the Cyprus problem. The escalating aggression of Ankara against the Republic of Cyprus is manifested through the continuous violation of the international law of the sea and the illegal opening of Varosha (fenced off part of Famagusta).

Bearing in mind that in 2019 in Berlin the UN Secretary General and the two leaders managed to agree on how to best facilitate their resumption and that following the forthcoming elections for the Turkish Cypriot leader the negotiations could recommence, the increase of Turkish aggressive policies against the Republic of Cyprus causes additional distress.

A. Opening of Varosha and plans for their illegal settlement
The opening of a part of the fenced off area of Famagusta (Varosha) is unacceptable and utterly alarming. Although this has taken place three days before the electoral process for the Turkish Cypriot leader in the occupied area of Cyprus, and is seen as part of Ankara’s manipulations to support the partitionist politician Ersin Tatar, we understand that this is only a first step towards the illegal settlement of Varosha. This is evident from the numerous statements and actions undertaken by Turkey through the so-called government of the ‘TRNC’ during the last fifteen months.

Contrary to all the relevant UN Security Council Resolutions, most profoundly contrary to Resolutions 550 (1984) and 789 (1992) which have just recently been reiterated by UNSC Resolution 2537 (28 July 2020), Turkey threatens to illegally settle the fenced-off part of Famagusta by people other than its lawful inhabitants, or to call the lawful inhabitants to return to their properties under the ‘administration’ of the ‘TRNC’, thus under conditions of military occupation. This is repetitively propagated by Turkish officials and Turkish Cypriot politicians or/and members of the ‘TRNC government’ who are opposing the solution of bicommunal bizonal federation. The UNSC Resolutions demand that the lawful inhabitants return to Varosha under the temporary administration of the UN and not under conditions of military occupation. Moreover, the opening of the coastal strip of Varosha constitutes a flagrant violation of the status quo in the fenced off area of Varosha ever since 1974.

We are deeply concerned that if Turkey continues with the materialisation of all its declared illegal activities, this will have dire consequences vis-à-vis any meaningful peace process. We regret that Turkey’s declared plans contradict the Six Points Framework that was submitted by the UN Secretary-General on the 30th of June 2017 at Crans Montana (which includes the return of Varosha as this is also included in the map submitted by the T/C in Geneva 2017), and if materialised they will impinge upon the resumption of substantial and meaningful comprehensive negotiations, distort the content of a possible solution and therefore undermine any hope for a solution on behalf of the Greek Cypriots. Furthermore, the Turkish illegal plans challenge the agreement reached in Berlin (November 2019) between the UN Secretary-General and the leaders of the two communities on the way forward and towards the resumption of negotiations for a comprehensive settlement of the Cyprus problem within the UN parameters.

It must be emphasised that the illegal opening of the coastal strip in Varosha on 8th October 2020, took place only a few days following the European Council where the significance of the UNSC resolutions 550 and 789 was reiterated. And during which Turkey was explicitly asked to terminate illegal activities and refrain for any further provocations and activities steering tension.

B. Violations of International Law of the Sea
In the last three years, Turkey has conducted six illegal drillings within the maritime zones of Cyprus, successive unauthorized seismic surveys and has obstructed the exploratory operations on behalf of the Republic of Cyprus in delimitated EEZ and licensed blocks (i.e. ENI, block 3 in 2018). The Republic of Cyprus has proceeded since 2003 to conclude international agreements on the delimitation of EEZ with opposite states, in absolute compliance with the international law of the sea, as consolidated by UNCLOS (1982) and established through customary international law. Delimitation agreements have been signed with Egypt (2003, ratified and in force), Israel (2010, ratified and in force) and Lebanon (2007, yet to be ratified due to its dispute with Israel).

It must be noted that all the offshore exploration blocks proclaimed by the Republic and the subsequent licenses, as well as all the exploration activities that took place so far, concern the southern, southwestern and eastern parts of the EEZ of Cyprus; and that the aforementioned Turkish activities have been and are being carried out in areas which are far below the median line between Cyprus and Turkey, in fact in the south side of Cyprus. Moreover, all these illegal activities are taking place with the active participation of the Turkish military, resulting in a dangerous militarization off the coasts of Cyprus and of the Eastern Mediterranean at large.

Turkey’s pretext is twofold: the protection of its continental shelf and that they are acting on behalf of the Turkish Cypriot community. The first allegation disregards fully the international law of the sea, according to which islands do have impact on the calculation of maritime zones and of course the mere fact that Cyprus is not just an island but also an independent state. As far as it concerns the protection of the Turkish Cypriots’ interests, the Republic of Cyprus has at all times acted to the interest of both communities, (a) by signing delimitation agreements with neighboring states at the median line and (b) through the convergences agreed since 2010 which include an agreement on the federal competence over the EEZ, the delimitation of maritime zones and the settlement of disputes, all according to UNCLOS; as well as on the federal ownership of natural resources including hydrocarbons. Another convergence concerned the distribution of revenues at the federal level, including those of natural gas. To these, one could add the establishment approximately two years ago, of a National Sovereign Fund to safeguard the interests of both communities from any revenues accrued from the exploitation of hydrocarbons deposits.

C. The way forward
Turkey must feel the pressure to defuse the tension by terminating its illegal activities and reverting the activities at Varosha to abide by the relevant UNSC resolutions. Rather than adhering to illegal activities Turkey must give space and time to the political dialogue. Only then the negotiations for the comprehensive settlement of the Cyprus problem can prove meaningful and promising. Of course, to resolve the Cyprus problem Turkey must also engage constructively in the peace process by committing to negotiate from where things were left off at Crans Montana, during the Conference of Cyprus in July 2017.

It is of outmost importance that without losing any more time the UN and the EU exert all possible influence upon Ankara to stop undermining the creation of an environment conducive to the resumption of the negotiations. Although we have always been of the view that sanctions are not an end in itself, if Ankara continues to provoke, cause insecurity and seek the creation of new fait accompli in the territory of the Republic or with regards to the maritime zones, they must be utilized as an instrument for pressing Turkey to cease its illegal activities.

We insist that the comprehensive solution of the Cyprus problem, in addition to securing the return of Varosha to its lawful inhabitants will also render void the denial of Ankara to discuss with the Republic over the delimitation of EEZ; and in this sense, it seems to be pragmatically the only promising path for addressing effectively, inter alia, the issue of the delimitation between Cyprus – Turkey. Acknowledging that difficulties might persist, in the absence of a bilateral agreement the two states will still have the option to take the dispute before the ICJ.

*** FR ***

SUR LES AGISSEMENTS ILLÉGAUX DE LA TURQUIE CONTRE LA RÉPUBLIQUE DE CHYPRE

 Les politiques agressives et illégales de la Turquie contre l’intégrité territoriale, la souveraineté et les droits souverains de la République de Chypre n’ont rien de nouveau. Depuis 1974, quand elle a envahi illégalement la république, la Turquie n’a eu de cesse d’occuper militairement 37 % du territoire, une violation flagrante du droit international. Néanmoins, sous ses diverses facettes, la relance de l’agression de la Turquie contre la République de Chypre et son escalade nous inquiètent fortement, qu’il s’agisse des dangers spécifiques liés à ses violations et à l’origine d’une alarmante aggravation des tensions et de l’insécurité, ou de leur impact négatif cumulé sur les perspectives de résolution du problème chypriote. L’escalade de l’agression d’Ankara contre la République de Chypre se manifeste par le non-respect permanent du droit international de la mer et par l’ouverture illégale de Varosha (la partie de Famagousta qui est clôturée).

En 2019, à Berlin, le Secrétaire général des Nations unies (ONU) et les deux dirigeants sont parvenus à s’entendre sur les modalités les plus adaptées à une reprise des pourparlers, qui devaient se concrétiser dans la foulée des prochaines élections du leader chypriote turc. Néanmoins, la multiplication des politiques d’agression de la Turquie contre la République de Chypre sème davantage le désarroi.

A. L’ouverture de Varosha et les projets d’installation illégale
L’ouverture d’une partie de la zone clôturée de Famagousta (Varosha) est inacceptable et fort alarmante. Ces faits se sont produits trois jours avant les élections du leader chypriote turc de la zone occupée de Chypre. Ils sont également perçus comme un des volets des manipulations d’Ankara en appui à Ersin Tatar, le dirigeant politique partitionniste. Pour nous, ils marquent une première étape vers la colonisation illégale de Varosha. Cette affirmation ressort des nombreuses déclarations et des actions entreprises, au cours des 15 derniers mois, par la Turquie par le biais dudit gouvernement de la « RTCN » (République turque de Chypre du Nord).

Dans le secteur clôturé de Famagousta, en violation de toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU à ce sujet, notamment des résolutions 550 (1984) et 789 (1992), citées à nouveau tout récemment dans la résolution 2537 (du 28 juillet 2020) de ce Conseil, la Turquie menace d’installer des personnes autres que les habitants légitimes, ou d’exhorter ces deniers à regagner leurs propriétés sous « administration » de la « RTCN », autrement dit sous occupation militaire. Ce discours est propagé en permanence par les dirigeants turcs et par les responsables politiques chypriotes turcs ou/et les membres du « gouvernement de la RTCN », qui s’opposent à la solution d’une fédération bizonale et bicommunautaire. Les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU exigent le retour des habitants légitimes à Varosha sous administration temporaire de l’ONU, et non sous occupation militaire. En outre, l’ouverture de la bande côtière de Varosha constitue une violation flagrante du statu quo dans cette zone clôturée depuis 1974.

Nous sommes profondément préoccupés par le fait que la poursuite, par la Turquie, de l’ensemble de ses actions illégales déclarées aura des répercussions dramatiques sur tout véritable processus de paix. Nous regrettons que les projets avoués de la Turquie contredisent le cadre en six points soumis par le Secrétaire général de l’ONU le 30 juin 2017 à Crans Montana (qui inclut le retour à Varosha, un scénario également présent dans la carte présentée par les Turcs chypriotes — T/C — à Genève en 2017). En cas de concrétisation, ils affecteront la reprise de négociations globales substantielles et significatives, altéreront le contenu de toute issue envisageable et saperont ainsi tout espoir de solution pour les Chypriotes grecs. En outre, les desseins illégaux de la Turquie contestent l’accord conclu (en novembre 2019) à Berlin entre le Secrétaire général de l’ONU et les dirigeants des deux communautés sur la voie à suivre et en faveur de la reprise des négociations en vue d’un règlement global du problème chypriote dans le cadre établi par l’ONU.

Il convient de souligner que l’ouverture illégale de la bande côtière de Varosha, le 8 octobre 2020, s’est produite quelques jours à peine après la réunion du Conseil européen, qui avait alors réaffirmé l’importance des résolutions 550 et 789 du Conseil de sécurité de l’ONU. Il avait également exhorté ouvertement la Turquie à mettre un terme à ses activités illégales et à s’abstenir de nouvelles provocations et activités qui attiseraient les tensions.

B. Les violations du droit international de la mer
Au cours des trois dernières années, la Turquie a effectué six forages illégaux dans les zones maritimes de Chypre et plusieurs études sismiques non autorisées. De surcroît, elle a fait obstacle aux activités exploratoires menées au nom de la République de Chypre dans les zones économiques exclusives (ZEE) délimitées et dans les blocs sous licence (en l’occurrence le bloc 3 d’ENI, en 2018). Depuis 2003, dans le respect absolu du droit international de la mer, tels que garanti par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM, 1982) et établi par le droit international coutumier, la République de Chypre a conclu des accords internationaux sur la délimitation de la ZEE avec les États en vis-à-vis. Des accords de délimitation ont été signés avec l’Égypte (en 2003, ratifiés et en vigueur), Israël (2010, ratifiés et en vigueur) et le Liban (2007, dont la ratification n’a pas abouti en raison de son différend avec Israël).

Il convient de noter que tous les blocs d’exploration en mer déclarés par la République et que les licences postérieures, ainsi que toutes les activités d’exploration effectuées jusqu’à présent, concernent les parties sud, sud-ouest et est de la ZEE de Chypre. De plus, les actions de la Turquie signalées antérieurement ont été et sont déployées dans des zones qui sont bien en dessous de la ligne médiane entre Chypre et la Turquie, autrement dit dans la partie sud de Chypre. Par ailleurs, toutes ces activités illégales sont menées avec la participation active de l’armée turque, qui entraîne une dangereuse militarisation au large des côtes de Chypre et, in extenso, dans l’est de la Méditerranée.

La Turquie prétexte deux éléments : la protection de son plateau continental et son intervention au nom de la communauté chypriote turque. La première allégation bafoue complètement le droit international de la mer, selon lequel des îles influencent de manière décisive le calcul des zones maritimes, sans oublier, naturellement, que Chypre n’est pas seulement une île, mais aussi un État indépendant. En ce qui concerne la protection des intérêts des Chypriotes turcs, la République de Chypre a agi sans failles en défense des intérêts des deux communautés : (a) en signant des accords de délimitation avec les États voisins de la ligne médiane et (b) au travers des convergences accordées depuis 2010, qui comprennent un accord quant à la compétence fédérale sur la ZEE, la délimitation des zones maritimes et le règlement des différends, en application de la CNUDM, ainsi qu’à la propriété fédérale des ressources naturelles, notamment des hydrocarbures. Un autre point de convergence concernait la répartition des recettes au niveau fédéral, dont celles du gaz naturel. On pourrait y ajouter l’établissement, il y a environ deux ans, d’un fonds national souverain visant à protéger les intérêts des deux communautés eu égard aux recettes de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures.

C. Les prochaines étapes
Pour qu’elle désamorce la tension, la Turquie doit sentir la pression. Pour ce faire, elle doit mettre un terme à ses agissements illégaux et rétablir les activités à Varosha conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies. Au lieu de cautionner des activités illégales, la Turquie doit donner de l’espace et du temps au dialogue politique. C’est seulement alors que les négociations en vue d’un règlement global du problème chypriote pourront être utiles et prometteuses. Bien entendu, pour résoudre le problème chypriote, la Turquie doit également s’impliquer de manière constructive dans le processus de paix en s’engageant à démarrer les négociations là elles ont été laissées à Crans Montana, lors de la Conférence de Chypre de juillet 2017.

Il est extrêmement important que, sans plus attendre, l’ONU et l’UE exercent toute l’influence possible sur Ankara pour qu’elle cesse de saper la mise en place d’un environnement propice à la reprise des négociations. Nous avons toujours été d’avis que les sanctions ne sont pas une fin en soi. Or, toute poursuite, par Ankara, de la provocation, de la propagation de l’insécurité et de la recherche de nouveaux faits accomplis sur le territoire de la République ou par rapport aux zones maritimes constitue un geste qu’il faudra exploiter pour faire pression sur la Turquie afin qu’elle mette un point final à ses actions illégales.

Nous insistons sur le fait qu’en plus d’une garantie de retour des habitants légitimes à Varosha, la solution globale du problème chypriote va également invalider le refus d’Ankara de discuter avec la République sur la délimitation de la ZEE. En ce sens, d’un point de vue pragmatique, cela semble être la seule voie prometteuse pour aborder de manière constructive, entre autres, la question de la démarcation entre Chypre et la Turquie. En cas d’absence d’accord bilatéral, même s’il faut bien reconnaître que les problèmes risquent de perdurer, les deux États auront toujours une alternative : porter ce différend devant la Cour internationale de Justice (CIJ).

09.10.2020